Vie et histoire de Bouddha

 

L’enseignement, ou tradition, que l’on appelle le bouddhisme a pris sa source dans l’expérience d’Éveil du Bouddha sous l’arbre de Bodhi, il y a 2,500 ans. C’est donc traditionnellement avec le Bouddha que commence l’histoire du bouddhisme.

Mais la première question qui vient à l’esprit est qui était Bouddha ?

Bouddha méditant sous l‘arbreSachez d’abord que le terme « Bouddha » n’est pas un nom, mais un titre qui signifie « celui qui Comprend », ou « celui qui est Éveillé ». Ce titre a été attribué à un homme dont le nom était Siddhartha Gautama, et qui vivait, au sixième siècle avant notre époque, dans une région située au nord de l’Inde. Nous savons que Siddharta Gautama venait d’une famille aisée, et la tradition parle souvent de son père comme étant le roi du clan des Shakya.

Siddharta reçut une très bonne éducation, et une excellente formation dans différentes sortes d’arts martiaux et exercices. Par la bouche de vieux sages, il apprit aussi diverses traditions, croyances et superstitions de son époque. Son père le maria alors qu’il était assez jeune, seize ans d’après la tradition, car en Inde, le mariage était arrangé par les parents, ce n’était pas qu’une affaire de coeur mais surtout une affaire de famille. Il épousa donc une cousine, avec qui il eut un fils.

Les quatre visions.

On pourrait penser qu’il menait une existence heureuse, mais les récits nous disent que, Siddhartha Gautama était profondément insatisfait de sa vie. Les légendes bouddhiques parlent d’une sorte de crise spirituelle, d’un moment qui arriva lorsque le jeune Siddharta vit ce que l’on appelle les « quatre visions ». Les quatre visions représentent, les enseignements fondamentaux du bouddhisme, et mettent en lumière les débuts du développement spirituel du futur Bouddha.

La première vision fut celle de la vieillesse.

La légende raconte qu’un beau matin, Siddharta eut envie de faire une ballade en char. Il appela son conducteur de char, et ils partirent en ville, ou Siddharta Gautama connut sa première vision : Un vieil homme. Selon la tradition, il n’avait jamais vu de vieil homme auparavant, cela signifie qu’il avait toujours vécut, plus ou moins, enfermé dans son palais, et qu’il n’avait jamais vraiment fait attention aux autres. Mais on peut aussi considérer que quelquefois nous voyons une chose comme si c’était la première fois, et il est probable que quelque chose comme cela se soit produit pour Siddharta. Sous le choc. Il demanda « Qu’est-ce donc que cela ? », et on lui répondit « C’est un vieil homme ».

Pourquoi est-il si frêle ? … C’est juste qu’il est vieux … Siddharta demanda ensuite « Mais comment est-il devenu comme cela ? » … « Tout le monde vieillit, c’est naturel » … « Est-ce que cela va m’arriver aussi ? » … « Oui, bien que tu sois jeune cela va t’arriver, un jour toi aussi tu seras vieux » Ces mots le frappèrent et Siddharta déclara : « A quoi bon la jeunesse, à quoi bon la vitalité, si tout finit ainsi ! », et le cœur alourdit il retourna vers son beau palais.

La deuxième vision fut celle de la maladie.

C’était comme s’il n’avait jamais vu de personnes malades, et le futur Bouddha réalisa que tous les êtres humains sont sujets à diverses maladies, et qu’il pouvait à tout instant être frappé lui aussi.

La troisième vision fut celle de la mort.

La troisième vision fut celui d’un cadavre que l’on transportait sur le lieu de sa crémation. En Inde, lorsque vous mourez vous êtes présenté publiquement dans votre maison, et tous vos amis, et votre famille viennent vous voir. Puis les gens suivent, et accompagnent le corps vers le lieu de crémation. C’est une telle procession que vit Siddharta, et il demanda : « Qu’est-ce donc que cela ? … « C’est juste un mort » … « Un mort ? Que lui est-il arrivé » … « comme tu peux le voir, il ne respire pas, il est mort » … « Est-ce que cela arrive à tout le monde, cette mort ? » …  » Hélas, oui » Siddharta réalisa alors que cela lui arriverait aussi un jour.

Il se demanda alors : « Comment se fait-il que je sois ici ? Je suis ici avec ce désir de vivre et de continuer à vivre, mais je dois mourir. Pourquoi ? Quelle est la signification de tout cela ? Pourquoi cette énigme, ce mystère ? Est-ce Dieu le responsable ? Est-ce le destin ? Y a-t-il une explication quelque part ? « . Siddhartha commença à penser fortement à tout cela, Il eut alors une quatrième vision.

La quatrième vision, le sadhu.

Cette vision était celle d’un sadhu (un saint homme en Inde) marchant dans la rue avec son bol à aumônes. Le futur Bouddha pensa : « Peut-être sait-il … Peut-être est-ce là le chemin … Peut-être devrais-je en faire autant … Peut-être, de cette manière, trouverai-je une réponse aux problèmes qui me tourmentent … »

Siddharta Gautama devenu BouddhaL’histoire continue en décrivant comment par une nuit de pleine lune, Siddharta Gautama fit ses adieux à sa femme et à son fils, puis chevaucha jusqu’à atteindre la rivière qui marquait la frontière du territoire des Shakya. Siddharta quitta ses vêtements princiers, coupa ses longs cheveux et sa barbe, et devint un homme errant à la recherche de la vérité. S’étant débarrasser de tout, Il allait maintenant essayer de trouver la vérité, pendant une recherche qui allait durer six ans.

En Inde, ils existaient de nombreuses personnes qui enseignaient des voies menant à la réalisation de soi, dont une des plus courantes, à l’époque, était celle de la mortification. C’est la voie que choisit Siddharta Gautama, pendant six ans, il pratiqua les austérités les plus sévères, limitant sa nourriture et son sommeil, ne se lavant pas, et errant nu.

D’après les récits, la célébrité de ses austérités se répandit en Inde, et personne ne le surpassait en mortification, il était devenu célèbre en tant qu’ascète, et avait un certain nombre de disciples. Mais cela ne le menait nulle part, et il réalisa que ce n’était pas le chemin de la vérité, ni le chemin de l’Éveil. Abandonnant cette voie, Siddharta recommença à manger et à se laver ; ses disciples, pensant qu’il s’éloignait de la vérité, le quittèrent, les uns après les autres.

Restant seul, allant de lieu en lieu, il arriva finalement à un endroit sur les bords d’une rivière, il s’assit à l’ombre d’un grand arbre, et prit une grande résolution : ‘Je ne me lèverai pas de cet endroit avant d’être Éveillé ». Jour après jour, nuit après nuit, il resta assis, contrôlant, concentrant et purifiant son esprit, supprimant les blocages mentaux. Ainsi, la nuit de la pleine lune de mai, à l’instant où l’étoile du matin se levait, alors qu’il fixait son esprit sur cette étoile, l’Illumination s’imposa à lui, l’Éveil complet était enfin arrivé. Cet état, qui correspond à la plénitude de la Sagesse et de la Compassion, permit à Siddharta Gautama de devenir le Bouddha.

C’était la fin de sa quête. Il était devenu le Bouddha, « celui qui savait », il était Éveillé, une nouvelle mission s’imposa à lui, faire connaître à l’humanité la Vérité qu’il avait découverte. Bouddha quitta donc l’endroit de l’illumination, que l’on appelle le Bodhi, et partit vers Sarnath, ou Il rassembla ses anciens disciples, et leurs fit connaître sa grande découverte. Une communauté spirituelle se créât autour de la parole de Bouddha, et il continua à parcourir tout le Nord-Est de l’Inde.

Sa vie fut longue, il connut l’Éveil à trente cinq ans, et vécut jusqu’à quatre-vingts ans, Bouddha répandit donc son enseignement pendant quarante cinq années.

Pendant neuf mois, il allait de lieu en lieu en prêchant, puis pendant trois mois il s’abritait des pluies torrentielles de la mousson. Lorsqu’il arrivait dans un village, si c’était l’heure de son seul repas de la journée, il sortait son bol à aumônes et allait de porte en porte récolter la nourriture dont il avait besoin, puis se retirait sous un arbre. À la fin du repas les villageois se rassemblaient autour de lui, et Bouddha leur donnait son enseignement. Bouddha enseignait à tout ceux qui se présentaient à lui.

Il était devenu le plus grand des maîtres spirituels de l’Inde, et lorsqu’il mourut, il atteignit ce que l’on appelle le « parinirvana », et des dizaines de milliers de ses disciples pleurèrent son départ.
Voici, résumé, la biographie traditionnelle de Siddhartha Gautama, le prince indien qui devint Bouddha, l’Éveillé fondateur d’une tradition spirituelle : le bouddhisme.